J31 – Réponses aux questions des élèves du collège Jean Boucheron de Castillonnès

J31 – Réponses aux questions des élèves du collège Jean Boucheron de Castillonnès   Par Stéphanie et Jérémie 

L’expédition ACROSS ANTARCTICA 2014 est suivie notamment par les élèves de 6ème B et de 6ème C du collège Jean Boucheron de Castillonnès sous l’encadrement de leur professeur de géographie Monsieur Bruno Philippe.  Leur travail en relation avec l’expédition est soutenu par le rectorat de Bordeaux, a été validé par l’IPR d’histoire-géographie et participe à un concours académique et national sur le changement climatique.

Nous remercions les élèves et leur professeur pour leur lettre d’encouragement.

Ils nous ont fait parvenir quelques questions auxquelles nous répondons ci-dessous pour leur permettre d’avancer dans leurs travaux.

1. Évoluez-vous dans de bonnes conditions de sécurité ?

Oui.

Nous sommes suivis par la société de logistique américaine ALE à laquelle nous reportons tous les soirs les coordonnées GPS de notre camp. En l’absence de nouvelle de notre part pendant 48 heures, l’ALE envoie un Twin-Otter sur notre dernier lieu de camp afin de nous retrouver. En cas d’accident ou de maladie, l’ALE vient nous secourir dans les plus brefs délais en tenant compte naturellement des conditions météo.

Nous avons par ailleurs établi notre route sur la base d’images satellite afin d’éviter les zones de crevasse.

Enfin, nous sommes suivis par l’Institut Ifremmont à Chamonix que nous pouvons appeler 24 h / 24 en cas d’urgence médicale.  Emmanuel Cauchy, médecin à l’Institut, nous a également aidés à constituer notre trousse de secours.

2. Quels équipements transportez-vous dans vos pulkas ?

Nous transportons le matériel indispensable à notre survie et à la progression (tente, 2 réchauds, fuel, rations alimentaires, matériel de réparation, trousse de secours, sacs de couchage, matelas, gants de rechange, masques de rechange, chaussettes de rechange, veste grand froid en duvet, trousse d’hygiène, pelle, 2 téléphones satellite). Nous transportons également du matériel communication, photos et vidéos nécessaire aux différents projets de partage autour de l’expédition, tels que projets pédagogiques, projet d’expos photos et film (nos 3 mascottes, un appareil photo reflex, un appareil photo compact, handycams, matériel pour le son, un laptop, un smartphone, un panneau solaire, des batteries, des chargeurs, l’Axcess Point permettant d’envoyer texte et photo par email, etc.).

3. Qu’est ce qui est le plus difficile à gérer ?

Progresser lorsqu’il y a beaucoup de vent – plus de 17-18 m/s.  Le vent est un vent de Sud-Est donc de face gauche jusqu’au pôle Sud.  Il nous ralentit dans la progression, il accentue le froid et donc le risque de gelure. Nous pouvons perdre du matériel (deux moufles se sont envolées).

4. Comment organisez-vous vos nuits ?

Nous dormons de 23 h à 6 h, 6 h 30 ou 7 h en fonction de la durée de ski de la journée.  Après le pôle Sud, nous devrons allonger nos journées de ski (actuellement de 8 h ou 9 h) et dormirons donc moins. Nous dormons dans des sacs de couchage grand froid en duvet (prévus pour -40°C). Nous nous réveillons plusieurs fois durant la nuit à cause du bruit que provoque le vent lorsqu’il secoue la tente et de la rigidité du couchage (un matelas nous a lâchés à cause du froid dès les tout premiers jours de l’expé).

5. Quels aliments de base composent vos repas ?

Nous avons deux repas principaux : le petit-déjeuner et le dîner. Nous prenons un porridge hyper calorique au petit-déjeuner. Nous mangeons des lyophilisés (viande rouge, viande blanche, poisson, pommes de terre, riz, pâtes) au dîner. Pendant les pauses durant la journée, nous mangeons des fruits secs, du chocolat, des noix, cacahuètes, etc. Il convient de manger suffisamment de glucide que notre corps consomme durant l’effort ainsi que du gras qui nous protège du froid et que le corps consomme après de longs efforts. L’objectif étant de ne pas perdre trop de poids afin d’avoir assez de force pour aller jusqu’au bout.

6. Comment arrivez-vous à vous repérer dans cette immensité blanche ?

Nous naviguons grâce au GPS que nous vérifions à chaque pause. Le GPS nous permet d’avoir un cap. Nous utilisons une boussole pour nous orienter et suivre ce cap en skiant. Pour éviter de regarder en permanence la boussole, nous prenons des points de repère : notre ombre quand il fait soleil, les nuages, le sens des sastrugis (vagues de glace formées par le vent), le vent, le sens de la neige s’il neige. Le plus difficile naturellement est de s’orienter lorsque la visibilité est nulle ou quasi-nulle quand il y a du brouillard blanc.

7. Comment votre boussole fonctionne t’elle au pôle Sud ?

La boussole que nous utilisons est une boussole Global System qui fonctionne à la fois au Nord et au Sud.

A suivre…


Across Antarctica 2014 soutient l’Association PetitS PrinceS.logo_petitsprincesAidez-nous à réaliser un rêve d’enfant chaque jour de l’expédition en participant – virtuellement – à l’expédition.