J56 – A quoi pensons-nous ?

J56 – A quoi pensons-nous ?   Par Stéphanie et Jérémie 

Encore une belle et longue journée de ski en Antarctique aujourd’hui. Toujours 10 heures de ski – sans compter nos pauses de 7 minutes toutes les heures ! Et un peu plus de 35 kms sur une surface relativement plane avec quelques beaux sastrugis (suffisamment peu nombreux pour que nous puissions les apprécier sans se casser les jambes).

De longues heures de ski durant lesquelles le corps est mobilisé pour progresser dans des conditions souvent extrêmes et l’esprit souvent libre de s’échapper pour celui qui n’est pas en charge de la navigation (nous alternons toutes les heures). Sachant que nous skions en ligne pour bénéficier de la trace de celui qui navigue, et que le froid et le vent ne nous permettent pas de nous parler durant notre progression en ski (sauf exception comme aujourd’hui !)

Alors à quoi pensons-nous durant nos journées sur la glace ?

Plusieurs types de pensées.

Nous pensons souvent à l’expédition, au moment présent : concentration sur notre progression pour éviter toute chute, sur la protection de notre corps contre le soleil, le vent et le froid, réflexion hautement importante sur le choix du dîner lyophilisé (4 possibilités), nombre de kilomètres restant  à parcourir et calculs sans fin sur le nombre d’heures et de jours nécessaires…

Il y a aussi les pensées au passé – nous repensons à la préparation de l’expédition et plus généralement à l’année 2014 et aux années précédentes avec tant de bons souvenirs qui nous accompagnent et que nous avions laissés de côté dans le tumulte de la vie parisienne. Souvent ces pensées nous rapprochent de nos familles et de nos amis avec qui nous avons partagé ces bons moments.

Naturellement, difficile d’empêcher les pensées de se conjuguer au futur – et nous pensons alors aux différents projets en cours autour de l’expédition (avec les collèges et lycées, le projet photo et le film d’expé) et  la manière de les mettre en oeuvre  à notre retour. Nous pensons aussi  à toutes les bonnes choses que nous allons pouvoir manger  à notre retour ! Et plus généralement à l’avenir proche et plus lointain.

Et puis il y a les pensées intemporelles – quel est le sens de ce que nous réalisons ? Est-il d’ailleurs nécessaire de chercher un sens pour toutes les choses que nous entreprenons ?

Ceci étant, lorsque l’esprit se laisse parfois aller à la simple contemplation du paysage, alors souvent les heures passent encore plus vite.

Difficile aussi d’échapper aux pensées négatives qui se présentent, plus particulièrement en cas de brouillard, lorsque le blanc et le bleu laissent la place au gris et que la navigation devient plus difficile.

Mais nous savons qu’il est important de refouler ces pensées afin de ne retenir que les aspects positifs de chaque instant.

A suivre…

 


Across Antarctica 2014 soutient l’Association PetitS PrinceS.logo_petitsprincesAidez-nous à réaliser un rêve d’enfant chaque jour de l’expédition en participant – virtuellement – à l’expédition.