J60 – Réponses aux questions des élèves du collège Jean Boucheron de Castillonnès (6)

J60 – Réponses aux questions des élèves du collège Jean Boucheron de Castillonnès (6)   Par Stéphanie et Jérémie 

L’expédition ACROSS ANTARCTICA 2014 est suivie notamment par les élèves de 6ème B et de 6ème C du collège Jean Boucheron de Castillonnès sous l’encadrement de leur professeur de géographie Monsieur Bruno Philippe.  Leur travail en relation avec l’expédition est soutenu par le rectorat de Bordeaux, a été validé par l’IPR d’histoire-géographie et participe à un concours académique et national sur le changement climatique dont il a déjà passé les pré-sélections.

Voilà déjà quelques jours que nous répondons aux questions des élèves sur ce blog – cf les posts du J31, du J47, du J50, du J52 et du J58.  Nous profitons de notre dernier jour de repos avant la fin de l’expédition pour répondre à quelques-unes de leurs questions.

1. Comment peut-on vivre dans un environnement sans vie?

Il n’y a effectivement aucune forme de vie qui s’est adaptée au climat de l’Antarctique – à l’exception de quelques animaux le long des côtes de l’Antarctique (manchots, phoques, etc).

Souvent, lorsque les conditions sont extrêmes – notamment lorsque la température descend jusqu’à -50°C – il s’agit plus de survie que de vie.

Nos équipements sont adaptés  pour les conditions extrêmes de vent et de grand froid, et notre alimentation a été préparée de manière à couvrir autant que possible notre consommation d’énergie.

2. Changez-vous de vêtements chaque jour ? de skis ?

Nous portons les mêmes vêtements depuis le début de l’expédition – à l’exception des sous-vêtements pour lesquels nous avons du change.

Nous avons utilisé des skis courts avec des peaux longues Montana pour la partie ascendante vers le pôle Sud. Cet équipement était parfait. Malgré le poids des pulkas et les sastrugis, nous n’avons jamais fait un pas en arrière ! Nous avons changé de skis au pôle Sud et pris des skis plus fins et plus longs (200 cm pour Jeremie et 170 cm pour Stephanie) avec des peaux courtes, ce qui nous permet de glisser davantage lorsque les conditions sont favorables.

3. Est-il facile de vivre isolé pendant autant de jours ?

Le fait de partager cette expérience ensemble ne nous fait pas ressentir l’isolement.

Aucun élément matériel ne nous manque, même si parfois nous avons faim et pensons aux bons plats que nous pourrions manger en France.

Le nombre de jours ne nous apparaît pas important car nous sommes concentrés sur l’objectif.

4. Quelles sont les techniques que vous utilisez pour réchauffer vos corps ?

La première technique consiste à ne pas perdre de chaleur. Lorsque nous nous arrêtons pour les pauses dans la journée, nous mettons rapidement une veste supplémentaire pour ne pas avoir froid. Nous la retirons lorsque nous skions. Produire un effort physique est effectivement la meilleure manière de se réchauffer ! Lorsque nous avons froid aux pieds ou aux mains en skiant, nous pouvons toujours accélérer un peu ou bien remuer les doigts pour les réchauffer.

5. Avez-vous l’impression d’effectuer un dernier sprint après avoir déjà effectué près de 1500 kilomètres ?

La distance restant à parcourir est encore très longue (580 kms – ce qui correspond à une traversée du Groenland) de telle sorte que nous ne nous projetons pas dans un sprint final dès à présent. Mais nous commençons à penser à la fin de l’expédition et il nous faudra chaque jour produire un effort important pour atteindre notre objectif – quasiment un marathon chaque jour pendant 15 jours !

À suivre…

Vous pouvez également nous suivre en direct sur notre page Facebook Runners to the Pole (page publique)

 


Across Antarctica 2014 soutient l’Association PetitS PrinceS.logo_petitsprincesAidez-nous à réaliser un rêve d’enfant chaque jour de l’expédition en participant – virtuellement – à l’expédition.